skip to Main Content
+509 4408-1579 / 3419-9627 cedi_haiti@yahoo.fr

Quand le CEDI reçoit le Dr Eugène J. Richardson, Jr.

En prélude à la cérémonie officielle d’ouverture de la session académique mars – juillet 2009, le Centre d’Etudes Diplomatiques Internationales (CEDI) a reçu en mars dernier, en ses locaux à Bourdon, le Dr Eugène J. Richardson Jr et son épouse Helen pour une conférence-causerie à l’intension des professeurs et des étudiants du centre. Accompagné de la nouvelle attachée culturelle de l’ambassade américaine à Port-au-Prince, Mme Victoria Delong, de Diane Audant du bureau des affaires publiques de l’ambassade et de Mme Viviane Boulos, interprète, le Dr Eugène Richardson Jr, arrivé à la capitale la veille, pour sa première visite en Haïti, a entretenu un auditoire attentif de sa brillante carrière de pilote de l’air dans l’armée des Etats-Unis, à un moment où peu d’Afro-Américains avaient l’opportunité d’appartenir à ce corps d’élite qu’est l’US Air Force. Avec une simplicité remarquable, le Dr Richardson s’est rémémoré avec émotion les luttes menées par les Afro-Américains pour se faire admettre en tant qu’Américains à part entière dans tous les pans de la société américaine, notamment dans l’armée.

Aujourd’hui octogénaire, Eugène Richardson s’est intéressé au pilotage dès son plus jeune âge. En 1930, à 17 ans, il décide de joindre le corps de l’armée de l’air pour devenir pilote. Il réussit l’examen à 18 ans et est envoyé à Keesler Field dans le Mississipi pour sa formation de base, puis à Tuskegee Army Air Field pour une formation plus poussée. Eugène Richardson se rend ensuite à Eglin et à Walterboro, en Caroline du Sud, pour être entraîné au maniement des armes à feu et au combat.

Des 38 pilotes de sa formation, 23, dont Richardson, ont été diplômés comme pilotes de combats et 15 d’entre eux comme pilotes de bombardiers B-25.

Le Dr Richardson est démobilisé en juillet 1946 et retourne à Philadelphie où il termine ses études secondaires à Temple High School. Par la suite, il obtient une maîtrise et un doctorat en éducation à l’Université d’Etat de Pennsylvanie. Il entame alors une brillante carrière dans l’enseignement à Philadelphie avant de prendre définitivement sa retraite et de se consacrer, comme il l’a fait au CEDI, à des visites régulières dans les écoles pour partager avec des jeunes l’histoire des aviateurs noirs de Tuskegee.

Au terme d’un exposé clair, simple, précis, magistralement traduit de l’anglais en français par Mme Viviane Boulos, il revenait aux professeurs et aux étudiants d’engager la discussion et les débats avec le distingué visiteur. Tour à tour, les professeurs Josué Pierre-Louis, Abel Mercier, Kurdy Larèche et des étudians ont amené le Dr Richardson à préciser ses pensées, à affiner ses réflexions et à commenter l’actualité américaine marquée par l’élection en novembre 2008 et par la prise de fonction le 20 janvier dernier du premier Afro-Américain en qualité de Président des Etats-Unis d’Amérique.

A l’issue des débats, le directeur général du CEDI, Me Denis P. Régis, a remercié le Dr Eugène A. Richardson et son épouse Helen, l’attachée culturelle de l’ambassade, Mme Victoria Delong, Mesdames Diane Audant et Viviane Boulos pour cette remarquable matinée intellectuelle, académique et historique.

Le Nouvelliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top